6 start-ups israéliennes financées par des superstars


Les célébrités sont souvent une aubaine pour les marques. Il suffit de demander à SodaStream, l’entreprise israélienne vantée par Scarlett Johansson, ou à HOT, la société de télécommunications israélienne, dont Cristiano Ronaldo est l’égérie publicitaire. Mais d’autres stars soutiennent des start-ups israéliennes avec leurs dollars plutôt que leurs visages.

Ashton Kutcher – FundBox

Ashton Kutcher – Fundbox

Fondée en 2013, Fundbox est une jeune start-up israélienne qui permet l’optimisation des flux de trésorerie pour les petites entreprises. Elle a déjà levé 112,5 millions de dollars auprès d’investisseurs, y compris Jeff Bezos d’Amazon et l’acteur Ashton Kutcher.

Will.i.am – Wishi/Tonara/Shellanoo

Will.i.am, le célèbre producteur issu des Black Eyed Peas, est également un serial-entrepreneur. Il a investi dans plusieurs start-ups à travers le monde, dont Wishi – une communauté de stylistes, Tonara – application d’apprentissage du piano – ou encore Shellanoo Group – un fond d’investissement israélien spécialisé dans les solutions mobiles.

Jay-Z – PowerMat

En 2012, Powermat a obtenu la participation dans l’entreprise de l’une des plus grandes figures de la musique du 21ème siècle. Il dit croire en l’avenir de cette Start-up qui développe le chargement de smartphones sans fil grâce à différents capteurs. Aujourd’hui installé principalement en Amérique du Nord, PowerMat a permis de recharger plus de 150 millions de minutes sur les smartphones en un an.

Novak Djokovic – PlaySight

Basée à Kfar Saba, PlaySight a attiré le financement de grands joueurs de tennis comme Novak Djokovic et Billie Jean King pour sa technologie d’analyse SmartCourt, conçu pour mesurer et enregistrer la lecture des performances via des caméras HD, des logiciels de cloud et les capacités de partage social de médias.

Bar Rafaeli – MyCheck

Bar Rafaeli – MyCheck

MyCheck – une application mobile qui permet de régler ses achats en 3 secondes – a reçu un investissement précoce du top model israélien Bar Refaeli. MyCheck a aujourd’hui des bureaux à Tel Aviv, Sao Paulo, New York et Londres.

Leonardo DiCaprio – Mobli

Mobli illustre la triste vérité que les startups sont risquées et même les superstars ne peuvent pas garantir le succès. En 2010, le CEO Moshe Hogeg a recueilli les investissements de Serena Williams, Leonardo DiCaprio, Toby Maguire, Lance Armstrong et Carlos Slim pour sa plateforme de partage photo/video sociale, qui comptait quelques 20 millions d’utilisateurs. Elle a depuis été éclipsée par Instagram et a du mal à rester à flot.

Vous rêvez aussi de monter votre start-up ?

Basée à Tel-Aviv, capitale de la « Nation Start-Up », TAL Business School est la nouvelle Grande École de commerce pour les francophones en Israël. Avec un programme Bachelor trilngue français-anglais-hébreu, nous formons les étudiants à être les managers israéliens de demain. La spécialisation Bachelor « Start-Up & Digital Business », mais aussi le Master Entrepreneuriat (ouverture en 2017), permettent à nos élèves de développer leur esprit managérial, d’acquérir les fondamentaux juridiques, financiers et marketing à la constitution d’une start-up en Israël. Pour en savoir plus, rendez-vous sur cette page.

En savoir plus sur le programme →

diapositive02

 

Article traduit de l’anglais depuis Israel21c – http://www.israel21c.org/9-israeli-startups-funded-by-superstars/

A propos de l'auteur
David KRIEF
Récemment installé en Israël, David Krief est titulaire d’un Master 2 Digital Business à PSB - Paris School of Business (ex-ESG Management School). Il est aujourd'hui responsable du développement et de la communication de TAL Business School, la première Grande Ecole de commerce pour les francophones en Israël.
David KRIEF
David KRIEF
Récemment installé en Israël, David Krief est titulaire d’un Master 2 Digital Business à PSB - Paris School of Business (ex-ESG Management School). Il est aujourd'hui responsable du développement et de la communication de TAL Business School, la première Grande Ecole de commerce pour les francophones en Israël.

Comments are closed.